créer une cooperative

Dès le début, le Jardin des Bio-Diversités a été conçu comme un projet commun. Néanmoins, jusque-ici, la réalité de notre travail quotidien ressemblait à celui d’une entreprise avec un employeur et des employés et cette forme de gestion a créé un grand déséquilibre dans la partage des équipements mais aussi dans celui des responsabilités, des risques et du pouvoir de décision.

Pour inverser cette tendance, nous avons décidé de créer une coopérative de gestion à proprement parler. Mais au-delà la création de la forme légale, le travail le plus ambitieux est celui d’apprendre à travailler et décider ensemble, sachant que nous parlons d’une équipe pas très homogène  : un sicilien qui jusqu’à présent était le patron et propriétaire de l’exploitation, un marocain et un guinéen qui travaillaient dans ces champs depuis des années, une allemande et une française qui se sont échappées des bibliothèques et des bureaux citadins, deux jeunes stagiaires de Guinée et du Nigeria à l’avenir incertain et pour finir, une stagiaire française très enthousiaste et dynamique.

Afin de commencer à diviser les investissements, les risques et les fruits du travail de la manière la plus égalitaire, nous avons décidé de tenter une expérience : faire cultiver un champ d’environ 6800m² par la coopérative  – cela signifie que tout le monde a donné de l’argent pour acheter le système d’irrigation, les semences et l’engrais et que toutes les heures de travail effectuées par chaque personne sont comptées. Grâce au consortium Le Galline Felici, nous sommes très optimistes quant à la possibilité de vendre nos produits (haricots verts de diverses variétés, courgettes, fenouil, chou-rave et plus tard  pois, fèves et pommes de terre) et de rembourser tout l’argent et l’énergie dépensés.

Si cela fonctionne et que nos petites querelles restent productives, l’idée est d’étendre progressivement les activités et les espaces de la coopérative jusqu’à ce que nous gérions véritablement tous ensemble ce Jardin des Bio-Diversités.